GUS VAN SANT - LAST DAYS (2005)

Pas le Nirvana ...
Gus Van Sant, c’est un type dont les films ne laissent pas indifférent, et ça, c’est un sacré bon point. Il arrive à faire de personnages quelconques des héros, et de faits divers des épopées. Sans tomber dans la grandiloquence. Il a sorti plus souvent qu’à son tour des trucs marquants, appréciés par la critique et le public (« Drugstore cowboy », « My own private Idaho », « Will Hunting », « Elephant », « Harvey Milk »), d’autres choses moins réussies (le reste de sa filmo). Et entre les deux, ce « Last days » très clivant. 
Chef-d’œuvre noir pour les uns, navet soporifique pour les autres … Pour moi, « Last days » n’est pas un ratage total, c’est juste un film très chiant.
Par la forme. Informe. Couleurs pisseuses, lenteur, caméra parfois sur l’épaule, scénario improvisé. Le type qui a les moyens et qui s’essaye au film d’auteur débutant. Un film terminé en quatre semaines montage compris, avec des scènes et des dialogues souvent improvisés.  Désolé, mais toute cette approximation technique et d’écriture, ça sonne vite faux, fait exprès.
Van Sant & Pitt
Par le fond. Qui est touché. Ou comment faire un biopic imaginaire qui se veut réel. « Last days », c’est la fin en sucette de la vie de Kurt Cobain vue par Van Sant. Mais comme Van Sant n’est pas con et que de toute façons il doit avoir de bons avocats, il a fait gaffe, a biaisé, fait rentrer les petites histoires sans intérêt dans une dont il l’a avoué plus tard, il ignorait (comme tout le monde d’ailleurs) presque tout. Il est assez pathétique de voir s’inscrire au générique cette phrase : « Bien que ce film soit inspiré des derniers jours de Kurt Cobain, il s’agit d’une œuvre de fiction ». Oh mec, t’as eu peur des procédures de Courtney ? Plutôt que de donner ta version des « faits », tu pratiques l’ellipse, le démarquage onirique. Mais en multipliant les allusions crève-l’œil.
Ton acteur principal (Michael Pitt, à temps perdu indie-rocker de quatrième zone, et qui en profite pour caser ses compositions blettes dans la BO), il est coiffé comme Cobain, pas rasé depuis trois semaines, porte des fringues informes, des lunettes de soleil en plastoc, raide def la plupart du temps, s’habille parfois en femme, joue avec des flingues, écrit dans des carnets d’écolier, et traîne comme un boulet son incompréhension du monde dans lequel il vit. Ce qui fait quand même beaucoup de points communs avec le Seatlle boy. Manque juste le fauteuil d’infirme dans lequel il s’est pointé au festival de Reading pour réunir tous les clichés sur lui.
On dirait quand même ... Non ?
Mais les clichés, Van Sant les multiplie comme un footeux les erreurs de syntaxe et de grammaire dans une interview. Mettant en scène des amateurs complets (le publicitaire des Pages Jaunes, c’est vraiment son boulot dans la vraie vie, les deux frangins cathos pentecôtistes ou un truc du genre avaient seulement quelques prestations de théâtre amateur auparavant), battant le rappel de gens censés à plus ou moins juste titre être « rock’n’roll ». Comme Lukas Haas, qui comme Pitt fait à temps perdu de l’indie-rock bancal, Asia Argento qui en bonne fille destroy de son destroy de père fait admirer ses ma foi fort jolies fesses. Ou encore Kim Gordon, la bassiste de Sonic Youth (son mec Thurston Moore « supervise » la musique), le groupe qui a repéré Nirvana quand Cobain et ses potes faisaient du bruit blanc chez Sub Pop et leur a obtenu la signature chez Geffen, la major qui publiera « Nevermind »…
« Last days », c’est le film des borborygmes, des gémissements parce que le manque de dope se profile, du repli sur soi névrotique, des gens qui se côtoient (la plupart des protagonistes vivent en tas un manoir délabré en pleine cambrousse) sans se voir ou se parler, engoncés dans leurs mutismes opiacés… Même les personnages « extérieurs » ont l’air d’avoir les neurones baisés, leur monde à eux est rendu par Van Sant « comique » avec des sortes de saynètes plutôt incongrues (les Pages jaunes, les frangins prêcheurs, le détective et ses histoires tordues de magiciens, les parasites qui veulent se faire refiler une chanson par Kurt – pardon Blake, puisque c’est comme ça qu’il s’appelle dans le film –, ou les dealers chelous). Enfin, cerise sur le fix d’héro, il y a dans « Last days » une paire de scènes comment dire, allégoriques, qui perso me font gratter l’occiput. Le clip MTV des Boyz II Men (boys-band de soupe r’n’b) que mate sans le voir Blake, et cette enveloppe charnelle (lui à poil) qui se détache de son cadavre dans l’abri de jardin. De la symbolique de collégien, comme si Van Sant avait des flashbacks du tournage de « Elephant » sur le carnage du lycée de Columbine.
Non, non, c'est pas Courtney Love ...
Qu’est-ce qui reste de positif là-dedans selon moi ? Ben, malgré son aspect totalement bancal, ce film est homogène. Chiant mais homogène. Il met le doigt sur l’envers du décor du monde merveilleux des stars du rock, pressés comme des citrons, sollicités de toutes parts par toutes les formes d’hypocrites parasites qui ne sont là que pour la thune (le final, édifiant, qui voit les « potes » de Blake se casser au plus vite du manoir pour éviter les questions des flics, surtout ceux des Stups). Et Van Sant préfère les images sans chichis de ses personnages rétamés plutôt que les sempiternels et pénibles effets de kaléidoscope ou d’objectif fish-eye que tout le monde emploie dès qu’il s’agit de montrer l’univers des camés. Et pour qui s’intéresse un peu au rock, outre les brailleries dispensables de Pitt qui s’imagine nous faire croire que ses compos pénibles sont des inédits de « In Utero », on a droit, mixé très en avant dans la bande-son, à deux passages de « Venus in furs », du Velvet Underground, premier groupe à avoir mis en paroles et musique toute la face sombre, noire, glauque et perverse du rock. Comme quoi Van Sant (ou le couple de Sonic Youth) connaissent leur sujet, savent de quoi il est question quand le présent et l’avenir ne sont qu’un trou noir sans fond…
En fait, si on ne voyait pas Cobain partout dans ce film où il n’est pas censé être, « Last days » serait un exercice de style assez réussi, un petit frère fauché de « The Wall » d’Alan Parker sur la déchéance de ces stars adulées et solitaires du rock


Un film à réserver … à qui en fait ? je me demande… En tout cas pas selon moi la meilleure façon d’aborder l’œuvre de Van Sant…



MIKE NEWELL - QUATRE MARIAGES ET UN ENTERREMENT (1994)

La comédie des années 90?
C’est du moins ce que tous les intervenants (réalisateur, scénariste, acteurs, …) s’échinent à répéter dans les bonus du BluRay. Comme s’ils avaient pas gagné assez de pognon avec ce film, qu’ils aient besoin de s’auto-congratuler pendant deux heures …
Même si moi, globalement, je suis preneur, les superlatifs dithyrambiques en moins.
Richard Curtis & Mike Newell
« Quatre mariages … » est une gentille comédie. Anglaise jusqu’au bout des traînes de mariée, faut-il préciser… Ce qui veut dire que c’est un peu plus subtil qu’un film avec Clavier. Ou Dany Boon. Un peu plus recherché niveau humour, si vous voyez ce que je veux dire. Maintenant, de là à mettre ce film au Panthéon du septième art …
Le scénario est aux abonnés absents, le film étant une succession de sketches, de « tableaux », rythmés à l’écran par des cartons d’invitation, avec des personnages et des gags récurrents. Derrière la caméra, le tâcheron Mike Newell, qui hormis ce coup d’éclat accumulera une quantité impressionnante de navets (il finira même, alors que « Quatre mariages … » l’a mis à l’abri du besoin pour des siècles, par tourner un « Harry Potter » et un « Prince of Persia », c’est tout dire …). Le scénariste Richard Curtis lui par contre enquillera les (très gros) succès par la suite (les « Bridget Jones », « Love actually », « Good morning England », et plein d’autres). Même si les gags sont la plupart du temps efficaces dans « Quatre mariages … », c’est pas non plus un chef-d’œuvre d’écriture, tout y est prévisible et cousu de fil blanc.
Le casting
« Quatre mariages … » est une comédie romantique, pleine de bons sentiments. Qui essaie quelque peu minablement de faire chialer le spectateur lors de l’enterrement, en ne rechignant devant aucune grosse ficelle du pathos bon marché. A mon sens, ce film ne tient que par les acteurs. Et ils ont du mérite, parce que tout a été mis en boîte en trente cinq jours, avec un petit budget. Et une grosse partie des pépettes a servi au cachet d’Andie McDowell, seule « star » au départ du générique, quasiment oscarisable après avoir enchaîné une poignée de films au succès critique et public (« Sexe, mensonge & vidéo », « Green card », « Hudson Hawk », « The player », « Un jour sans fin »). Et pour autant, elle n’éclabousse pas le casting de sa classe, assurant le minimum dans le rôle de la fausse ingénue romantique souriante.
Le reste de la distribution fait par contre feu de tout bois. Sans doute parce qu’ils ont davantage à prouver. Hugh Grant en tête. Excellent, il va avec ce film devenir le gendre idéal de cette fin de siècle (enfin, jusqu’à ce qu’il se fasse serrer par les keufs de L.A. pour relation sexuelle orale avec une prostituée). Il n’était pourtant au départ qu’un choix par défaut, considéré par beaucoup comme un acteur « perdu » (dix ans de carrière et à peu près autant de bides) et surtout, pas un acteur comique. La star de « Quatre mariages … », c’est Hugh Grant. Bien mis en valeur par une ribambelle de seconds rôles pétillants, Kristin Scott Thomas en vieille fille amoureuse transie, Simon Callow en homo débonnaire et excentrique, son « ami » John Hannah, et toute une galerie de personnages fugitifs à l’écran mais parfaitement au service de la simili-intrigue … Plus une pige (dispensable à mon sens, même si sa scène est réellement comique) du pote à Curtis ou Newell (je sais plus) Rowan Atkinson alias Mr Bean à la télévision britannique, ici en curé bafouilleur. Plus Tatie Elton John qui fut réquisitionné pour pousser une paire de roucoulades dans la BO, le film pouvant être perçu (avec beaucoup d’imagination) comme servant positivement la cause homosexuelle, sérieusement malmenée jusque là par la décennie AIDS. Curtis ne reculant devant rien, affirme même que le film est porteur d’espoir ( ? ) pour la communauté gay à l’opposé de « Philadelphia » ( ? )…
Ils faillirent se marier et avoir beaucoup d'enfants ...
Le montage de « Quatre mariages … » une fois terminé, Newell a dû en raboter une demi-heure, le film étant jugé bien trop long par les distributeurs (certaines scènes coupées visibles dans les bonus étaient quand même pas mal). Il fut choisi de sortir le film d’abord aux USA (Andie McDowell, la plus connue au casting devant servir de locomotive). Les premiers visionnages, par les critiques et un public test, furent plutôt mauvais. A tel point que Newell réunit à nouveau tout son casting à Londres pour une séance photo, dont les clichés seront le final du film (parce que toute cette fine équipe avait oublié de montrer tout ce que devenaient les protagonistes secondaires).
Le succès populaire fut phénoménal aux States (il a fait tomber quelques records de recettes au box-office), avant par effet boule de neige de récolter un triomphe en Angleterre et en Europe…

Aujourd’hui, reste un film plaisant, qui supporte bien l’épreuve du temps, pour sourire en famille.


BRIAN ENO - BEFORE AND AFTER SCIENCE (1977)

Les bécanes à Eno ...
Brian Eno, comme il l’a répété pendant des siècles, c’est un non-musicien… qui a quand même sorti des milliards de disques, que ce soit sous son nom propre ou avec plein d’autres. Eno, c’est un cérébral, limite gourou, un type qui a élaboré des théories tellement compliquées sur la musique que si t’as pas fait Sciences Po, l’ENA et HEC à la suite, tu peux rien comprendre. En d’autres termes, si t’es fan de Status Quo et que tu vois le nom d’Eno sur une pochette de disques, tu passes ton chemin …
Ceci posé, il n’en reste pas moins que cette grande asperge au crâne dégarni (à vingt cinq ans, en pleine vague glam-rock, ça jette un froid, … comment ça, c’est mesquin de flinguer sur le physique, et alors je fais ce que je veux, non mais …) a eu par moments quelques inspirations assez étonnantes et que dans l’ensemble de son œuvre, y’a tout de même quelques trucs pas dégueu … dont ce « Before and after science ».
Brian Eno, adepte du bodybuilding ?
Un disque paru en 1977, et on s’en doute, personne a songé à lui coller un sticker « punk music ». Brian Eno fait tout son possible pour ne pas être à la mode, ce qui ne l’empêchera pas d’être cité comme le gourou sonore de plein d’avant-gardistes, allez comprendre.
Avec son nom qui fleure bon l’aristocratie consanguine (il est né le divin enfant affublé du patronyme de – on ne rit pas et on prend bien son souffle – Brian Peter George St. John le Baptiste de la Salle Eno), il a commencé à se faire remarquer avec Roxy Music (vu sa calvitie, c’était lui le plus exubérant niveau fringues dans un groupe où personne n’essayait de passer inaperçu), bidouillant force synthés. Très vite (à partir du second album) il a commencé à faire son Clapton (what ? nous avons du succès ? je me casse …) et a quitté le monde du glam pour s’acoquiner avec quelques types chelous réputés pour leurs théories musicales absconses (pote-type de Eno, Robert Fripp, le mathématicien de la guitare furieuse). Curieusement, les premiers disques de Eno sont assez faciles d’accès, et perso je les trouve moins aventureux, moins « bizarres » que ceux de Roxy auquel il a participé.
Plus gros coup de Eno dans la seconde moitié des 70’s : la collaboration avec Bowie pour ce que l’on appellera la trilogie berlinoise de l’ex Ziggy. En étant en studio aux côtés de Bowie, Eno voit sa « célébrité » et sa reconnaissance faire un bond prodigieux vers l’avant. Et ce « Before and after science » devient de fait un disque « attendu » et écouté, disséqué. Les spécialistes de Brian Peter George etc … affirment même qu’il fait partie de ses meilleurs, voire que c’est sa masterpiece. C’est en tout cas dans sa discographie personnelle la fin de sa période dite « pop », avant celle dite « ambient ».
« Before and after science » est aussi un disque très people. Manque juste Bowie, occupé à sortir Iggy Pop des hôpitaux psychiatres où a pris l’habitude de séjourner l’ancien Stooge, pour le traîner dans les studios Hansa et lui faire enregistrer des disques. Parce y’a du beau monde (enfin, quelques relous aussi) aux crédits de « Before … ». Dans le désordre, on y trouve Jaki Liebezeit, le métronome tambourineur de Can, Manzanera de Roxy, Fripp pour un solo évidemment déstructuré (sur « King’s lead hat »), les deux types aux blazes de légionnaires romains du groupe de krautrock Cluster (Roedelius et Moebius). Aussi quelques boulets, genre l’inénarrable Phil Collins ou le guitareux jazz d’avant-garde Fred Frith (qui finira par échouer avec John Zorn, no comment …). Eno se réservant les parties chantées de sa voix douce, et tout ce que la création a pu accoucher de synthés, claviers et autres pianos.
Brian Eno, adepte du body painting ?
Evidemment, le résultat est notablement différent des classiques d’Howlin’ Wolf. Malgré le casting pléthorique, c’est une certaine forme d’économie qui prévaut dans tous les titres qui peuvent se partager dans deux grandes familles : d’une part des morceaux de format très pop, très mélodiques, et un peu à l’opposé des plages plus « compliquées » aux sonorités aventureuses, expérimentales. Assez curieusement, alors que Eno est perçu comme un type dont on s’inspire, c’est l’influence du premier disque des Talking Heads qui apparaît parfois (dans les schémas rythmiques, la façon d’aborder le chant), flagrant sur « No one receiving ». D’ailleurs, Eno deviendra vite la Yoko Ono de David Byrne, avec pour les Talking Heads le même résultat que pour les Beatles (le split).
Bon, comme moi j’suis pas un avant-gardiste, ma préférence va largement aux belles mélodies déprimées (« Here he comes », « Backwater » et son clone « By this river »), même si des choses comme le rock’n’roll pour trisomiques de « King’s lead hat », « Julie with … » et son atmosphère la tête dans le sac au fond du puits, ou « Spider and I » (qui permet de comprendre où les U2 – produits par Eno – sont allés chercher les ambiances d’hymnes funèbres de certaines plages de « Joshua tree ») valent aussi le détour.

Un disque somme toute bien accessible, pas forcément réservé à « l’élite » …